Lois du jeux

Pas de rentrée pour les … Académies !

Ce qu’on craignait le plus est arrivé. Il faut bien croire qu’entre le discours du président de la Fédération algérienne de football, Djahid Zefizef, le contenu de son programme et la réalité du terrain, il y a tout un monde. Sinon, comment expliquer la dernière sortie médiatique du nouveau président sur les ondes de la radio nationale, Chaîne 1, vendredi dernier, chez notre confrère, Aïssa Madani, où il était loin d›être explicite sur l’avenir des académies de la FAF.

Si lors de sa première déclaration, le lendemain de son élection, Zefizef a été précis sur le sujet, ce n’est plus le cas aujourd’hui. A-t- il changé d’avis ou le lui a-t-on fait changer ? Y croit-il vraiment aux académies ? A l’exception de sa déclaration, dans laquelle il avait annoncé que la situation du Centre de Tlemcen allait être assainie, la reconduction des académies pour la nouvelle saison footballistique et à leur avenir ne semblent plus être l’une de ses priorités.

Pis encore, Zefizef s’est emmêlé les pinceaux, en affirmant que le projet du Centre de Tlemcen n’a pas fait l’objet d’un business plan. Un monstrueux mensonge ou une méconnaissance ? Il faut savoir que le financement du Centre n’est pas réalisé sur fonds propre de la Fédération seulement, il y a une forte contribution de la FIFA à travers le programme Forward. L’ancien président de la FAF, Kheïreddine Zetchi, l’avait même expliqué.

En effet, lors d’un point de presse, tenu en mars 2021, la Fédération avait créé une Eurl pour justement gérer cette structure et assurer sa rentabilité à terme. Le Centre ne devait pas être utilisé seulement par les promotions de la Fédération, dans le cadre de leur formation, mais il serait un CTN Sidi Moussa bis pour accueillir et prester auprès des équipes algériennes et étrangères. Le projet est, donc, loin d’être anodin, d’où l’intéressement et surtout l’accompagne- ment de la FIFA

Malheureusement, en cette rentrée scolaire et footballistique, aucun signe positif n’ap- parait du côté de Dely Brahim et pour cause, le DTN par intérim, Korichi, n’en veut pas de ce projet et a tout fait pour le remettre dans un tiroir. La preuve en est également que l’académie de Sidi Bel-Abbès n’ouvrira pas ses portes, ses cadres sont partis, à l’image de Mourad Aït Tahar et Hocine Abdelaziz, qui ont trouvé refuge dans des clubs (la JS Kabylie pour le premier et le Paradou AC pour le second)

L’encadrement scolaire a, lui aussi, été libéré et aucune nouvelle promotion n’a été pré- parée à l’issue d’une phase de prospection, de même que l’académie de Khemis Miliana où pratiquement rien n’est prévu. Au final, il est clair que la FAF est plutôt préoccupée par les matchs de la sélection nationale et la cérémonie de tirage au sort du CHAN-2022, et les académies ne sont pas – pour ne pas dire plus – sa priorité.

A cette allure, le projet cher au président Zetchi sera, dans quelque temps, mort et enterré en l’absence de ceux censés le défendre et le porter à bras-le-corps pour le bien et l’avenir du football algérien. Comme quoi, détruire, c’est plus facile que bâtir, et les Anatouf, Benidir et autre Omar n’auront pas de sitôt leurs remplaçants pour ravitailler les différentes sélections. Le MJS va-t-il s’en soucier ?

LAFORDASSE

Tags

Articles similaires

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
P