Analyses

ALG : Pourquoi le dimanche 30 mai et pas le lundi 31 mai ? (AB. Lahouari)

Les membres du Bureau Fédéral n’ont vu soit que du feu dans l’épineux problème du cumul, soit qu’ils ont
joué la montre, en attendant les prochaines échéances électorales. Ils ont cru que le fait de ne pas avoir été
obligé de démissionner de leurs postes, avant même de candidater, tournait à leur avantage. Ils ont été pour cela adoubés par le nouveau président de la FAF, Charaf- Eddine Amara, et par ceux qui lui ont dressé la feuille de route avec comme objectif d’éviter tout dérapage lors de l’AGEX. Ils craignaient un mouvement de protestation qui obligerait la FIFA à intervenir.

Cette première étape réussie, les décideurs sont passés à la seconde qui consistait par des fuites organisées à faire mousser le problème du cumul. Elles rappelaient qu’une date limite a été fixée (dimanche 30 mai) par le MJS pour appliquer le décret exécutif n°21-60 du 8 février 2021 modifiant et complétant le décret exécutif n°15-340 du 28 décembre 2015 qui, pour beaucoup, échappe à la réalité du terrain. Un signal que le président de la FAF, en bon commis de l’État, a vite assimilé pour saisir par courrier, selon un timing précis, les membres du Bureau Fédéral en leur demandant de lui annoncer leur choix. Et c’est-là toute l’importance de la date du 30 mai. Et pour cause : le lendemain, lundi 31 mai, il y a la réunion du Bureau Fédéral qui doit se tenir sans les membres démissionnaires, selon un proche de Dely Brahim. Or, le diable est dans le détail.

La troisième étape de la feuille route a-t- elle prévu la réaction des membres de cette structure ? Certains
d’entre-eux n’hésitent pas à déclarer qu’ils ne font pas de la résistance et que l’application du décret est illégale. Leurs arguments tiennent la route. Ils se demandent également où sont passés les Madame Soleil et les braconniers du Droit. Silence, comme les toutous, on fait ce que l’on nous dit de faire. Les réseaux sociaux, à leur tour, s’enflamment et les manipulateurs s’activent à intoxiquer l’opinion sportive. Il serait question d’une interdiction d’entrée au siège à ceux qui n’ont pas répondu à la lettre du président de la FAF. A ce sujet, ils seraient nombreux, au point où le quorum pour une réunion ne serait pas atteint et que d’ici la prochaine, prévue pour la fin du mois de juin, cette grossière erreur serait corrigée.

En fait, il s’agit d’une course contre la montre en vue des prochaines échéances électorales avec les possibles changements qui vont en découler. Un dernier round pour éliminer les partisans de Zetchi Kheïreddine, afin de permettre aux issabistes de retrouver leurs privilèges perdus, urbi et orbi du football national. Et pas seulement.

AB-LAHOUARI

Tags

Articles similaires

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
P