Analyses

ALG : Pourquoi le MJS est dans l’incapacité d’agir ? (Nazim Bessol)

En présentant en Conseil des ministres le décret n°21-60 du 8 février 2021 modifiant et complétant le décret exécutif n°15-340 du 28 décembre 2015 interdisant le cumul, le Ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) pensait certainement bien faire et procéder à l’assainissement du Mouvement Sportif National. Il pensait également résoudre une question essentielle, celle de la rémunération de certains de ses cadres.

Bientôt quatre mois après sa publication au journal officiel, le décret n°21-60 s’avère tout aussi inapplicable que celui qu’il vient compléter. Il apparaît comme une directive trop éloignée de la réalité du terrain. L’ensemble des fédérations et leurs Ligues font la sourde oreille et, il faut le dire, le MJS ne dispose pas d’autre solution que le bâton pour les y contraindre (Le texte prévoit d’ailleurs une radiation à vie des cumulards). Sauf que jusqu’à présent, la tutelle s’est contentée tout simplement de rappeler le nouveau cadre réglementaire qui est entré en vigueur après la tenue de la plupart des Assemblées électives (clubs, Ligues et fédérations).

Le MJS peut-il en faire plus ? Bien sûr, selon le texte et ses prérogatives, mais dans la pratique, il se retrouve confronté à une situation de blocage. En effet, il ne peut contraindre les fédérations ou les Ligues à appliquer un décret qui ne figure pas dans leurs réglementations. Légalement les fédérations et leurs démembrements sont gérés par leurs statuts, lesquels sont visés et validés par … le MJS ! Si ce dernier veut sévir, il doit d’abord bénéficier du cadre légal adéquat, au risque de voir l’ensemble des décisions, prononcées contre les « cumulards », censuré par les juridictions compétentes.

En somme, les 46 fédérations sportives et la centaine de Ligues affiliées doivent procéder à la mise en conformité de leurs statuts avec le nouveau cadre réglementaire, né au lendemain de la publication du décret n°21-60. Les membres des différentes assemblées devront alors faire preuve d’altruisme et voter une disposition qui les met «hors-jeu». Un processus synonyme de renouvellement systématique de toutes les fédérations, les Ligues et les clubs. En clair, cela conduirait le sport algérien à une Constituante !

Nazim Bessol (IN BOTOLA)

 

Tags

Articles similaires

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
P