Analyses

ALG : Quand Madame Soleil perd la boule (Lafordasse)

Il y a des personnes qui vieillissent bien et d’autres, c’est tout le contraire. Apparemment, c’est le cas de Madame Soleil qui, dans sa guerre perdue d’avance contre la Fédération algérienne de football, ne veut pas abdiquer, quitte à user de mensonges et de manipulations grossières. Dans sa boule crasseuse où l’on ne voit plus rien, elle a accusé l’instance fédérale de vouloir toucher à ses propres statuts, la veille de la tenue de l’Assemblée Générale élective. Son objectif étant de déblayer la route à des candidats soudainement sortis du bois et au même moment. Des candidats inéligibles, selon les actuels statuts de la FAF, et qui le seront moins si ces derniers seront amendés.

La réponse a été cinglante de la part de l’instance fédérale à travers une mise au point rappelant que lesdits statuts, dans leur dernière mouture, confectionnés avec la contribution de la FIFA, ont été transmis au ministère de tutelle, le 11 juin 2020 ! Tout le monde aura compris que l’objectif de Madame Soleil était de faire tomber Kheïreddine Zetchi coûte que coûte, afin de l’empêcher de briguer un nouveau mandat. Elle n’a pas fait son deuil des délices du royaume de Dely Ibrahim et pour cela, toutes les nuisances stratagèmes sont possibles pour elle.

Poursuivant sa croisade mensongère, en jouant les vierges effarouchées, elle tente une énième manipulation, en évoquant cette fois la menace que brandit soi-disant la FAF, s’il advient que la prochaine AGE se tienne sans l’amendement des statuts. Or, l’instance fédérale n’a fait que son travail, à savoir mener le processus de mise en conformité des statuts à son terme, soit de novembre 2019 à juin 2020, avant de le soumettre au MJS. Une formalité qui devient carrément un blocage par le truchement d’un cercle bien connu, celui de l’ancien système qui veut reprendre le royaume des délices, comme le décrit Madame Soleil.

Depuis juin 2020, la FAF attend un retour de la part du MJS qui n’est jamais venu, mise à part une circulaire ministérielle qui bloque tout et des communiqués. Entre-temps, la FIFA a transmis trois correspondances dont la dernière a été on ne peut plus explicite. Une autre, plus ferme et menaçante, serait sur le chemin pour interpeller le MJS sur l’impérative mise en conformité des statuts, auquel cas la FAF se verrait installer un Comité de normalisation, comme c’est le cas en Égypte et en Côte d’Ivoire, par exemple. L’État algérien acceptera-t-il une telle situation ubuesque, provoquée par des cercles tapis dans l’ombre et leurs relais dans les médias, de Doha et de l’Arabie Saoudite à Alger et de Roubaix via le Maroc à Constantine ?

Autre subterfuge, dans lequel s’est engouffré Madame Soleil, est celui de vouloir des statuts de la FAF et celui des Ligues de wilaya, alors que les Ligues régionales se sont déjà mises en conformité et cela, avec l’unique but de créer l’amalgame. Or, la FIFA avait demandé à ce que les statuts de la FAF soient les premiers à être amendés avant d’étendre cela aux restes des Ligues de wilaya, compte tenu d’un calendrier serré, sans pour autant remettre en cause la fonctionnalité ni la légitimité de ces structures démembrées. Peine perdue, donc, pour Madame Soleil qui passe sous silence les grandes réalisations du Bureau Fédéral durant le laps de temps qu’il a eu à travailler.

En somme, Il s’agit d’une sale guerre, menée par des coalisés nostalgiques de l’époque de la Issaba et qui cherchent à tenir le rôle de tribunaux médiatiques. Dans cette optique, ils ne passeront pas. L’avenir appartient à cette nouvelle génération dont fait partie Kheïreddine Zetchi. Elle symbolise le changement et non la régression.

LA FORDASSE

 

Tags

Articles similaires

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
P