Équipe A

Belmadi : «Chacun défend son bifteck»

Interrogé par Botola en marge de la conférence de presse, animée hier au Centre technique Nationale de Sidi Moussa, Djamel Belamdi s’est clairement prononcé en faveur d’une CAN en été.

«Le moment (NDLR: le mois de janvier) n’est pas idéal. J’en ai discuté avec les responsables de la CAF de l’époque. On nous avait invités justement pour parler de ça et je suis allé uniquement pour transmettre un message, à l’époque, au président Ahmad Ahmad. On nous a expliqué la pluviométrie, et il est clair qu’il est impossible de jouer pendant les pluies. Mais, j’ai expliqué que sans les joueurs, ni moi ni lui Ahmad Ahmad ne serions assis là à faire ce qu’on fait. Ça n’arrange pas les entraîneurs, les clubs aussi, tout comme les joueurs. Je leur ai dit que sans les joueurs, les Mahrez, Salah, Mané et bien d’autres, il n’y aurait pas de CAN, ce serait plutôt une CHAN. Il faut revoir tout ça», a indiqué le patron des Verts.

Le sélectionneur ne manque pas d’arguments pour convaincre: «lorsque le joueur arrive à la CAN, c’est clair qu’il peut ne pas venir dans les meilleures conditions. Je vais prendre un exemple, sans insulter personne. Si on prend le cas de Liverpool, Sadio Mané qui doit jouer par exemple la Guinée Bissau et il voit que son club va jouer dans quelques heures où est en train de jouer Manchester United ou une autre grosse affiche, cela le perturbe. Surtout si sa sélection va jusqu’au bout du tournoi et que son absence en club se prolonge… donc oui, les joueurs sont en porte-à-faux avec leurs clubs», souligne Djamel Belmadi.

Un entraîneur est un égoïste

Concernant la levée de bouclier des entraîneurs des grands clubs européens pour le changement de périodicité de la CAN, Belmadi se montre cash: «un entraîneur, c’est très égoïste… Chacun défend son bifteck. Quand Klopp perd Salah, Mané, Keita… et que les trois doivent jouer 100% des matchs, ça peut provoquer beaucoup de conséquences. Chacun défend ses intérêts. Je ne crois pas à une espèce de position commune des techniciens africains. On a chacun assez de problèmes à régler chez nous en interne auprès de nos fédérations !», conclut le champion d’Afrique en titre.

Nazim Bessol

Tags

Articles similaires

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
P