Afrique

CAF : Zefizef demande l’intégration de la RASD

Le président de la Fédération algérienne de football (FAF), Djahid Zefizef, ( à gauche de notre photo en compagnie de Motsepe), a tenu à corriger une « anomalie » proposée et votée à la dernière minute lors de l’assemblée générale ordinaire tenue à Rabat, avant l’élection de Patrice Motsepe à la tête de l’instance. La proposition concernait l’amen- dement de l’article 4 des statuts de la CAF qui définit les conditions d’adhésion des nouveaux membres. La proposition portée par la fédération royale marocaine visait directement la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD). Voté à l’unanimité mais sans la voix de l’Algérie, l’amendement figurait sur le procès-verbal que l’AG de la CAF devait valider.

Le président de la FAF en a profité pour demander la parole et rappeler que son instance n’accepte de valider que partiellement le document avant de détailler les raisons et présenter un long plaidoyer pour le respect des statuts de la CAF de la FIFA et de la charte de l’ONU et de l’Union africaine. « C’est un réel bonheur et immense plaisir de me trouver aujourd’hui avec vous pour prendre part aux travaux de la 44e session de l’ AG de la CAF, d’autant qu’il s’agit de ma première participation. Il s’agit de rappeler la position de la Fédération algérienne de football, en faveur des valeurs de notre sport, le football comme vecteur de rassemblement et de renfor- cement des liens d’amitié et de solidarité entre les peuples du continent africain », a rappelé le président de la FAF.

Il a indiqué en suite qu’il était de son devoir de rappeler dans ce cadre que « nous avons le devoir d’attirer votre aimable attention sur l’impact négatif voire dangereux que prévoit le projet d’amendement de l’article 4 des statuts de la CAF consigné dans le procès-verbal de l’assemblée générale. En effet, le caractère éminemment et exclusivement politique de l’amendement de l’alinéa 1 de l’article 4 porte sérieusement atteinte à l’image de marque de la CAF et le risque d’entacher sa crédibilité auprès de la FIFA qui tout comme la CAF d’ailleurs voir l’article 2 alinéa L banni toute interférence politique dans la gestion des instances footballistiques de surcroît cet amendement qui n’a d’autres objectif que de priver un pays membre fondateur de l’Union africaine de son droit naturel et légitime de rejoindre la grande famille du football continental constitue une flagrante violation des statuts même de la CAF qui stipulent de manière un peu plus explicite que cette dernière a pour but de promouvoir la promotion du football sans aucune discrimination d’un pays pour des raisons autres que politiques», précise le président de la FAF.

Djahid Zefizef a conclu en invitant les membres de l’AG à rejeter l’amendement en question : « Monsieur le président, mesdames messieurs, les membres de l’assemblée générale, la modification de cet article que rejette caté- goriquement la Fédération algérienne de football est également contraire à l’article 2 alinéa Iii qui engage cette dernière a soutenir les actions de l’Union Africaine dont l’acte constitutif défend la souveraineté et l’intégrité territoriale et l’indépendance des États membres (voir l’article 3 alinéa B). Mesdames, messieurs, les membres de l’assemblée générale, tout en approuvant partiellement le dit procès-verbal, nous attirons votre atten- tion sur les retombées négatives que porte cet amendement de l’article 4 des statuts. Comptons sur votre souci suprême de préserver la crédibilité de notre instance et garantir la conformité des statuts avec les règles de la FIFA mais également ceux de l’Union africaine et des Nations Unis. Nous sollicitons, l’adhésion des honorables membres de l’assemblée générale pour que cette anomalie soit corrigée et annulée ainsi que l’amendement de l’article en question par la suppression de la phrase indiquée dans l’article », a demandé Djahid Zefizef.
-TAREK T

Tags

Articles similaires

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
P