Analyses

FIFA : Zetchi, la candidature qui dérange

Il fallait s’y attendre même si c’est trop tôt. Un article sournois et pernicieux sur le site de l’hebdomadaire français, Jeune Afrique qui multiplie les attaques contre l’Algérie, porte la marque de la fédération royale marocaine (FRMF), semble-t-il, selon les spécialistes du football continental. Depuis la suspension pour cinq ans de « Ahmad Ahmad par la FIFA, elle est dans la panique. Elle voit en la candidature de l’actuel président de la FAF, Zetchi Kheireddine au Conseil de la FIFA, un obstacle majeur pour sa politique d’embrigadement du football continental imposée par le grand argentier du Royaume, l’actuel président de la fédération royale marocaine, Faouzi Lekjaa (2eme) vice-président de la CAF. Ce dernier qui joue également sa survie au sein de l’organisme du Caire lors de la prochaine assemblée générale élective de Mars prochain.

Il faut dire que depuis trois ans seulement à la tête du football algérien, Zetchi KheIreddine a impulsé une dynamique nouvelle au football algérien grâce à des réformes qui ont transformé le visage hideux du professionnalisme instauré par Mohamed Raouraoua, à la tête de la FAF durant une vingtaine d’années. Il a ramené du pays des Pharaons, une Coupe d’Afrique et fait sortir des millions d’Algériens dans la rue. … Zetchi Kheïreddine n’est pas un intrus dans la planète foot. Ses compétences sont reconnues à travers le continent et même au-delà. Pour beaucoup, il représente l’avenir du football mondial par ses résultats notamment avec son Académie El Ankaoui et son club le Paradou devenu une référence continentale. Bref, il est tout le contraire de ce que Faouzi Lekjaa incarne avec sa gestion d’un football gangréné par la corruption, à l’image d’Ahmad Ahmad.

AB Lahouari

 

Tags

Articles similaires

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
P