Jeunes talents

Hadail Charama, une étoile montante

Il habitait juste à coté du mythique stade Mohamed Guessab. Le Vieux Antre qui a vu naitre les Mekhloufi, Kermali, Koussim, Mattem, Adjissa, Osmani, Zorgane et autre Adjas. Hadail Charama partait chaque jour avec son père ou un oncle suivre des matches ou assister simplement aux entraînements. C’est à partir de là qu’il commence à s’intéresser de plus en plus  au foot. À 9 ans, son père un fervent fan du club de la Cité d’Aïn El Fouara décide de le placer dans l’équipe minime de l’ESS entraînée à cette époque par Samir Meratla. Un technicien qui maitrisait bien son sujet et qui allait permettre à Hadail et d’autres joueurs a vite gravir les échelons. Une génération vient de naître en effet avec des noms qui ne vont pas tardé à faire parler d’eux comme Dali, Belaïd, Djahli, Aïchoune, Kendouci, Boussouf, Rahba, Harikache, Daghmoum, Filali, et autre Mouyet. ‘’ Oui, c’est  avec l’entraîneur Meratla que j’ai commencé en minimes. Puis, il est resté avec nous jusqu’à  la catégorie  réserve. C’est un coach qui m’a beaucoup aidé. Il ne cessait de me conseiller que ce soit à l’intérieur ou en dehors du stade. J’ai appris beaucoup de chose avec lui durant toutes ces années qu’on a passé ensemble. Je lui dois beaucoup à ce que j’ai pu faire jusqu’ici ‘’ nous a dit Charama. Arrivé à la réserve, il trouve en place un autre technicien bien connu dans la formation en l’occurrence Fayçal Safih. Celui-ci va lui donner plus de confiance. Au fil des matches, il parvint à s’imposer malgré une concurrence très rude avec d’autres éléments comme Daghmoum, Kendouci, Rahba et Harikache.

‘’ Meratla, Safih, Kamli et Boulahdjilet m’ont beaucoup aidé ‘’

Pour sa deuxième année avec la réserve, il est appelé à travailler avec deux autres techniciens à savoir Djamel Kamli et Daïaedinne Boulahdjilet. Entre leurs mains un amalgame de jeunes joueurs, ces derniers vont former une équipe qui allait écraser tout sur son passage. Dominateur en championnat de la catégorie réserve, tout le monde du coté de la capitale des Hauts Plateaux ne parlaient que des Boussouf, Daghmoum, Charama, Kendouci, Belaïd et les autres. ‘’ On a fait un excellent parcours durant cette saison (2018-2019). On avait un groupe que toutes les équipes craignaient. On gagnaient nos matches à Sétif et à l’extérieur. Il y avait des rencontres ont joué sans les seniors mais ont trouvé des centaines de fans avec nous que ce soit au stade du 8 mai 1945 de Sétif ou ailleurs. L’ambiance était vraiment formidable et on prenaient du plaisir à jouer ensemble ‘’ a souligné notre interlocuteur.

’Avec Boussouf, Daghmoum, Kendouci, et  Belaïd, une nouvelle génération venait de naître ‘’

Entre temps, Charama et certains de ses équipiers sont convoqués régulièrement avec l’équipe senior coachée par Kheïrredine Madoui et Malik Zorgane. ‘’ Effectivement, ont s’entraîné pratiquement tous les jours avec les seniors. Ce n’est qu’à la veille des matches qu’on rejoint le reste du groupe de la réserve. Je ne vous cache pas que je n’oublierais pas ces moments avec l’équipe senior au coté de Djahnit, Djabou, Rebiaï, Bedrane, Zeghba et Aïboud. J’ai découvert un nouveau monde et cela m’a motivé et encouragé. Je n’oublie pas aussi cette confiance qui était placée en moi par les coaches Madoui et Zorgane. Ils m’ont aussi beaucoup aidé avec leurs consignes et leur soutien ‘’ ajoute celui qui va décider après mure réflexion de partir chez l’USMM Hadjout en décembre 2019.

‘’ J’ai fait le bon choix en allant jouer à Hadjout ‘’

‘’ Après avoir bien réfléchi et discuter avec les proches, j’ai pris la décision d’aller jouer à Hadjout à titre de prêt. J’avais d’autres offres émanant des clubs de la Ligue 1 et 2 à cette époque mais j’ai choisi Hadjout du fait que c’est un club qui allait m’offrir l’occasion de jouer et d’avoir du temps de jeu dans mes jambes. C’est ce qui a été fait Hamdoulillah. Dés mon arrivé, j’ai eu la confiance du coach Maghraoui qui me faisait régulièrement jouer. Même après le départ de ce dernier et la venue de l’entraîneur Farid Zemiti, j’ai continué à participer avec mon équipe autant que titulaire. Je pense avoir donné le meilleur de moi-même durant mon passage a Hadjout ou je pense avoir laissé une bonne impression ‘’ dira t-il encore.

‘’ Tout pour convaincre  le coach Kouki ‘’

De retour à Sétif cet été, Charama espère convaincre le coach Nabil Kouki et pourquoi pas faire partie de l’effectif Ententiste de la saison 2020-2021. ‘’ Oui, je ferais tout pour convaincre le coach Kouki et rester à l’ESS ‘’ Enfin, Charama nous a avoué qu’il est un admirateur au capitaine du onze Ententiste Akram Djahnit. ‘’ C’est un frère. J’ai joué à ses cotés plusieurs fois. C’est un bon technicien. Il ne cessait de me donner des conseils. Je lui souhaite beaucoup de succès et de réussite ‘’ et d’ajouter au sujet du joueur dont il est subjugué par son talent comme c’est le cas pour de plusieurs milliers de footballeurs dans le monde. ‘’ Lionel Messi est le meilleur joueur au monde a mon avis. Je ne rate aucun match du Barça ou de l’Argentine, rien que pour le voir jouer ‘’ a-t-il conclu.

  Farès Rouibah.

Articles similaires

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
P