Portraits

Hagi, le Génie Roumain

GHEORGHE Hagi

Gheorghe Hagi est un mythe vivant dans son pays, appartenant à cette rare catégorie de meneurs de jeu, au talent d’alchimiste, qui convertit tout ce qu’il touche en or.

Il était un footballeur fantasque et excitant, qui dans un bon jour pouvait changer le visage d’une équipe à lui tout seul et rendre meilleurs ses coéquipiers, tant il est vrai que ce soliste d’exception savait aussi jouer pour et avec les autres. Incroyablement doué et capable de  gestes aussi géniaux qu’imprévisibles, celui que l’on surnommait » le Maradona des Carpates » pouvait à tout moment joueur un mauvais tour à la défense adverse. De 1982à 1990, Gheorghe perce dans le championnat Roumain. D’abord, au Farul Constanta, son club formateur, où ses aptitudes de dribbleurs sont très vite décelées, alors qu’il n’a pas encore 18 ans, puis au Sportful Studentesc qu’il décide de rejoindre en 1983. Enfin, le 1er Janvier 1987, il signe au Steaua Bucarest où  il découvre la Coupe d’Europe des clubs champions. Hagi est alors déjà considéré comme un génie, incarnant un idéal meneur de jeu qui distribue, dribble, frappe avec un don rarement observé dans les Carpates. Débutant en sélection A en 1983, à seulement 18 ans, il se voit rapidement confier le Brassard de capitaine. En effet, jouissant, d’une très grande notoriété dans son pays qui lui reconnait un très grand talent, Hagi possède en outre un tempérament de feu, une personnalité de meneur .Pendant 18 ans, il a donné à l’équipe de Roumanie, qu’il a contribué à qualifier pour trois phases finales de coupe du monde d’affilée, de 1990 à 1998.

La science des coups francs

Il s’engage en faveur du Real Madrid durant l’été 1990 où il est loin d’avoir le même rendement et malgré quelques brins de génie, le Real ne remporte aucun titre ces deux saisons là. Cette première expérience en dehors du pays est donc contrastée pour Gicà. En 1994, après deux saisons chaotiques à Brescia, «  le Maradona des Carpates » emmène les artistes roumains en quarts de finale du Mondial américain. Le capitaine Hagi inscrit trois buts dans cette phase finale, dont un d’anthologie, mais cède en quarts, la Suède l’emporte aux tirs au but. Son pied gauche magique, son art de la passe millimétrée, sa science des coups francs et sa vision de jeu font merveille. Après la coupe du monde 1994, il arrive dans un FC Barcelone traumatisé par sa défaite en finale de la ligue des Champions contre l’AC Milan (4-0). Il ne décollera pas au cours des deux saisons qu’il effectue. Il quitte la capitale catalane pour le club turc de Galatasaray où avec l’aide notamment de Hakan Sukur, il remporte quelques titres de champions mais également la coupe UEFA en 2000 face au Gunners d’Arsenal de Thierry Henri. Il s’agit de la première Coupe d’Europe décroché par un club turc. Finalement, Gheorghe Hagi dispute sa dernière compétition internationale lors de l’Euro 2000, et fête son dernier match en quart de finale face à l’Italie (défaite 2 à 0) avec un carton rouge en prime. A 35 ans, Hagi prends sa retraite internationale, clôturant 18 années de bons et loyaux services envers la sélection roumaine. Il arrête  sa carrière de joueur en 2001. Lors des qualifications pour le Mondial  2002, il est parachuté entraineur de la sélection nationale, mais échoue en barrage contre la Slovénie. Hagi est de loin le meilleur joueur roumain de l’histoire et l’un des plus brillants talents des années 90. Car s’il  avait un tempérament impossible, il avait aussi la classe des plus grands.

LEGFOOT  

Tags

Articles similaires

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
P