Portraits

La tête d’or

FREHA Abdelkader dit Beka

Freha abdelkader dit Beka restera le plus grand joueur de tête du football algérien avec Mefteh , le Blidéen de Toulouse et de la sélection d Afrique du Nord . Freha a fait rêver les fans du Mouloudia d’Oran durant quinze ans. Une fidélité sans faille au club de ses amours d’El Hamri.

Sans Beka, le Mouloudia d’Oran ne sait pas marquer de buts et ne sait donc pas gagner. Quand il lui de bouder, dans le quartier d’El Hamri où il est né, c est le branlebas de combat .Les supporters affluent au domicile de sa maman. Elle est la seule capable de faire changer d avis et de lui ordonner de prendre son sac pour se rendre au stade. Durant une quinzaine d’années, il est la tête d or du football algérien, totalisant aux moins deux cents buts.les entraineurs (Cheikh Draoua, Echeikh Wadah,Hadk Hadefi….) qui se sont succédé au Mouloudia ont tous exploité ce don et calqué leur système de jeu sur les centres aériens à l intérieur  de la surface de réparation adverse. Le secret d’une telle réussite ? Le sérieux et l’assiduité aux entrainements. Il est le premier sur le terrain et le dernier à le quitter. Pourtant il entame des débuts difficiles en 1963 avec l unique club de sa carrière et ses frères. Benyoucef (Gardien de but) et Ahmed (milieu terrain) . Sa nonchalance n est guère apprecié au sein du Mouloudia ou grouille une pléiade  de jeunes talents  tels Nehari, Bessol, Meguenine….De l’accession en nationale vient le déclic Beka exploite à merveille les centres aériens de Meguenine, un ailier droit transformer en défenseur ou encore ceux de Krimo depuis le flanc gauche. D’une taille moyenne, son formidable jeu de tête, sa double détente, sa précision et son intelligence de son placement font le reste. A 21 ans, le sélectionneur Abderrahmen Ibrir lui confie le numéro 9, mais l avant centre oranais ne se plait qu’au Mouloudia. Bien d autres avants-centres, tels Belkedrouci Sid Ahmed ou encore le mondialiste  Bensaoula Tedj., feront d excellentes carrrieres internationales mais aucun ne prend autant de place et d estime dans le cœur des supporters d’El Hamri « Tête d’or » n’est pas seulement un buteur , il est aussi un technicien hors pair qui donne au Mouloudia les deux premiers titres de sa jeune existence , le championnat d’ Algérie en 1971 et la coupe nationale en 1975 avant de se retirer

AB LAHOUARI

Tags

Articles similaires

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
P