Portraits

Le mathématicien D’IBADAN

Odegbami Segun

 Le sélectionneur des Verts, Eugeni Rogov, ne voulait ni de Merzekane ni de Kouici en défense pour affronter le Nigeria en éliminatoires de la Coupe du monde (1982) à Surulere (2-0). Il leur reprochait leur tempérament offensif. Le résultat lui a donné raison en optant pour Faouzi Mansouri, parce qu’en face il y avait la super star Odegbami. L’homme qui a mis à genoux les Verts en finale de la CAN en 1980.

Magicien du football, sorcier du dribble, on hésite sur le choix des formules à employer pour caractériser cet extraordinaire footballeur dont la classe n’avait rien à envier à l’intelligence. Deux exploits ont élevé Segun
Odegbami au-dessus du niveau des plus grandes vedettes, au cours des années 1977-1980. Deux exploits qui ont eu pour cadre le stade de Surulere au Nigeria, avec son public habituel de quatre-vingt mille spectateurs, pour lesquels Odegbami est «Mathematical» (mathématicien). Le premier fut le match éliminatoire de la Coupe du monde 1978, Nigeria-Egypte, disputé à Lagos le 10 octobre 1977. Un match au cours duquel onze égyptiens connurent l’humiliation de se voir surclassés (0-4) par une formation nigériane menée par une étoile scintillante nommée Odegbami. Le second fut la finale de la XIIe Coupe des nations qui restera dans les annales «la» finale d’Odegbami, tant la victoire des Green Eagles fut «sa» victoire. Dès la 2e minute du match, alors que ses adversaires algériens n’avaient pas encore trouvé leurs marques, Segun donnait, à la suite d’un contrôle de la poitrine et d’un tir en pivotant, une avance décisive à son équipe. Quarante minutes après, il doublait la mise et le sacre du Nigeria en devint inéluctable (3-0 finalement).

Dissolution des shooting stars

Longiligne, élégant, à l’aise dans les gestes du footballeur, Mathematical pouvait paraître manquer de combativité. En fait, un athlète de son gabarit ne pouvait pas avoir la promptitude d’un joueur de petite taille et ses actions devaient être amorcées de loin. Jouant à l’aile droite, il était difficile à désarçonner. Couvrant à merveille le ballon, il débordait et servait ses partenaires avec discernement. Un ailier certes mais aussi un attaquant complet comme on n’en voit plus, car Odegbami était susceptible de créer le danger, de n’importe quelle position, pour la défense adverse. Avec trois buts en 1978 puis trois autres en 1980, il est le meilleur buteur nigérian en Coupe des nations. Avec son club, IICC Shooting Stars d’Ibadan (aujourd’hui en pleine décadence), Segun remporta la Coupe des vainqueurs de coupe en 1976. Sa carrière internationale s’arrêta brusquement en janvier 1982. Promu capitaine des Green Eagles, il était entré en conflit avec les dirigeants de la Nigeria Football Association (NFA) et refusa de se plier à leurs ukases. Il devait payer son intransigeance par une exclusion de la sélection. Mathematical se consacra alors pleinement aux Shooting Stars. Ceux-ci atteignirent, en 1984, la finale de la XXe Coupe des clubs. Ils échouèrent face à Zamalek au Caire (0-2) et à Lagos (0-1). Odegbami disputa la finale-retour à Surulere. Les lendemains de l’échec furent désastreux pour les Stars, dissous sur ordre du gouverneur d’Ibadan ! Les joueurs dispersés, Segun raccrocha pour ne plus s’occuper que de sa carrière d’ingénieur.

– MAHJOUB FAOUZI 

Tags

Articles similaires

Voir Aussi

Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
P