Portraits

Le surdoue de Mascara

LAKHDAR BELLOUMI

Lakhdar Belloumi est l’un des meilleurs numéros 10 de tous le temps que le football algérien a produit. Virtuose, Agile et élégant sur le terrain, Belloumi est un technicien hors paire (passeur décisive et finisseur) .Comme tous les génies du ballon rond. Il invente la passe aveugle, un geste technique qui déstabilise pas mal de défenseurs même les plus aguerris au grand dam des supporters.

Sacré ballon d or du football africain, à la suite du Mondial 1982,Lakhdar est, à 23 ans , star des stars en Algérie. De grands clubs professionnels (Real Madrid, Juventus de Turin, Paris Saint-Germain) convoitent ce technicien hors pair qui traite égal à égal avec Zico, le pelé blanc du Brésil. Il est le surdoué de la génération de la dream Team avec les Madjer,Assad, Fergani et autres Dahleb. Mais alors que ses coéquipiers se battent pour obtenir la fameuse autorisation de sortie pour évoluer à l’étranger, Lakhdar  s’endort sur ses lauriers. Ses décisions en dehors du terrain ne sont pas à la mesure de son talent sur le terrain .il est en quelque sorte, la synthèse de lalmas Ahcène , Mekhloufi Rachid et Arribi Mokhtar. De Arribi , il a l’élégance, de Lalmas la clairvoyance et son sens du but, de Mekhloufi le jeu en déviation. Il a , comme tous les génies de la balle ronde, plusieurs solutions d avances sur ses adversaires. Artistes par excellence, soliste et chef d orchestre, ses partitions exécutées avec le plus pur style du maître enthousiasment les Puristes de la balle ronde. Pur produit de la réforme du sport (1969-1975), lakhdar est à 19 ans ( après un cheminement dans les sélections cadettes et juniors) , en équipe nationale , mais le Mouloudia d’Oran et ses 50 000 spectateurs qui lui insufflent la total confiance en ses capacités techniques. Il remporte deux titres nationaux ( le premier en 1984 avec le Ghalli de Mascara et le second en 1988 avec le Mouloudia d’Oran). Il est certainement le meilleur buteur algérien avec une quarantaine de buts au compteur. Et le recordman des sélections avec plus d’une centaine. Et cela, malgré une double blessure au péroné dont l’une lors d un match  de coupe d’Afrique en 1985 contre le Ahly de Tripoli par le Libyen El-Bani. A force de volonté, il participe au mondial de 1986 (Mexique) et abandonne, quatre années plus tard, la carrière internationale à trois mois de la coupe d’Afrique des Nations que l’Algérie organise et remporte. Sans explications.

Sidou B

Tags

Articles similaires

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
P