Analyses

Qui veut la tête du SG de la FAF et pourquoi ?

Depuis quelques jours, le Secrétaire général de la Fédération algérienne de football, Mohamed Saâd, fait l’objet d’attaques perfides et sournoises pour exiger son départ. Sur les réseaux sociaux, quelques pages se sont mises en rang serré pour noircir le tableau et le jeter en pâture pour des considérations qui ne tiennent pas la route. Le travail de sape est mené de l’intérieur même du Bureau fédéral, où quelques membres se seraient, selon quelques indiscrétions, ligués pour en finir avec le SG dont la tête était déjà mise à prix dès l’arrivée de Charaf-Eddine.

En effet, au lendemain de l’élection de ce dernier, des bruits de couloir ont couru avec insistance sur le limogeage de certains taxés de ‘’proches’’ du président sortant, Zetchi Kheïreddine, dont le Secrétaire général. Le président nouvellement élu s’est même confié à certains de ses soutiens que les jours de Mohamed Saâd à la FAF étaient comptés et que ce n’était qu’une question de temps. Et justement, le temps est passé et les rumeurs sont devenues de plus en plus persistances jusqu’à ces derniers jours qui coïncident avec l’approche de l’échéance de l’Assemblée générale extraordinaire pour la mise en conformité des statuts de la FAF.

Lors de son dernier voyage au Niger, le président s’est apparemment confessé à quelques personnes. Une fois les statuts passés, il procédera au changement du Secrétaire général qui subit entre temps des pressions terribles, se retrouvant au beau milieu d’une crise ouverte entre le président et quelques membres du Bureau fédéral. Mais pourquoi veut-on sa tête ? Dérange-t-il à ce point ? Quels en sont les tenants et les aboutissants ? Une source proche du Bureau fédéral a confié qu’une campagne malsaine a été conduite contre le SG afin de permettre au président de poursuivre son ‘’programme’’ de mise en place de ses propres ‘’hommes’’, ceux à qui il voudrait donner les clés de la FAF.

Pourtant, Mohamed Saâd est aujourd’hui incontournable à son poste. Il est la véritable cheville ouvrière de la fédération, avec un volume de travail qui dépasse de loin la moyenne des autres employés de l’instance fédérale et avec une présence et une efficacité éprouvées. Quel est donc l’intérêt de déstabiliser une fédération à l’approche d’échéances aussi importantes comme celles de la Coupe arabe des nations de la FIFA, de la CAN 2021 au Cameroun, des matchs barrages des Verts en mars, la préparation de la Coupe du monde en cas de qualification, et tous les autres événements que Charaf-Eddine et son Bureau fédéral ?

Ce qui se trame du côté de Dely Ibrahim, poussé par un Cabinet noir et les mêmes cercles malveillants qui ont empoisonné la vie à Zetchi Kheïreddine, en sus de la tentative de déstabiliser Djamel Belmadi, n’est autre que la continuité d’un scénario minutieusement préparé pour récupérer les clés du ‘’Palais des délices’’. Il faut s’attendre à ce que tous les projets lancés par l’ancien BF soient appelés à être démantelés : la DCGF, le système de compétition, les académies … Il y a lieu de croire que ça ne sent pas bon du côté de Dely Ibrahim, tellement l’ambiance est viciée, où seulement la sincérité, la bonne conscience, le respect et l’intérêt général doivent prendre le dessus pour sortir de l’impasse.
– LA FORDASSE

 

Tags

Articles similaires

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
P