Analyses

Rabah Madjer dans l’impasse !

A quoi joue l’ex-sélectionneur et capitaine des Verts, Rabah Madjer ? Est-il en manque de visibilité, de buzz et polémique au point de prendre son téléphone et faire le tour des journalistes algériens établis à Doha, où il se trouve actuellement, pour presque les supplier de réaliser un entretien ? Quel message souhaite-t-il transmettre ? Est-il à la recherche d’un emploi ou d’un quelconque contrat au Qatar ? Autant de questions qui laissent perplexe, tant l’homme à la talonnade s’acharne à détruire le peu de capital sympathie qui lui restait, malgré son aventure désastreuse à la tête des Verts.

Incapable de tourner la page, comme lors de son premier passage à la tête de la sélection, Rabah Madjer n’a visiblement pas peur du ridicule. Il n’a décidément rien appris de ses échecs. Il continue de tenir le même discours et persiste dans l’erreur. Non, l’équipe nationale n’est pas un droit et encore moins un « jouet » qu’on se passe systématiquement d’une génération à une autre. Fort heureusement, elle est aujourd’hui entre de bonnes mains et progresse dans la sérénité et le calme. Elle est notre meilleure vitrine à l’international et constitue le modèle de réussite à l’algérienne dont tout le monde aimerait s’inspirer.

Venir raconter, aujourd’hui, après toutes les réalisations de cette équipe, que l’arrivée de Djamel Belmadi à la tête de la sélection n’est que le fruit « d’un complot » pensé et réalisé par « les ennemis de la réussite » contre Rabah Madjer, est absurde ! Et si tel était le cas, les 40 millions d’Algériens sortis célébrer les champions d’Afrique 2019, ici mais aussi partout où il se trouvaient, ont définitivement validé le modèle de réussite qu’on leur proposait. Ils ont, donc, à l’unanimité et tout naturellement, rejeté celui porté et défendu jusqu’à présent par le champion d’Europe 1987.

A l’heure de la communication 2.0, le vieil adage « Si la parole est d’argent, le silence est d’Or » garde toute sa pertinence et Rabah Madjer devrait s’en inspirer. L’Algérie s’est bâtie et prospérée dans l’adversité. Beaucoup ont tout sacrifié jusqu’à leur vie. Aujourd’hui même
«l’armée des blouses blanches » paie un lourd tribut dans la lutte contre la Covid-19, une situation qui aurait dû et qui devrait commander à Rabah Madjer. Mais c’est une autre histoire…

LA FORDASSE (IN BOTOLA)

 

Tags

Articles similaires

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
P