Analyses

CAN 2025 : L’Algérie sur orbite

Le président de la Fédération nigériane de football, Amaju Pinnick, membre du Comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) et proche de son président, Patrice Motsepe, a lancé la première salve contre l’organisation de la CAN-2025 par la Guinée. L’Algérie ne peut pas rester indifférente. PAR NAZIM BESSOL

L’ancien 1er vice-président de la CAF (2017 -2019), sous la présidence du Malgache, Ahmad Ahmad, puis destitué, a indiqué que son pays est prêt à suppléer la Guinée pour l’organisation de l’édition 2025 de la CAN. Une sortie pour le moins intrigante, d’autant qu’officiellement la Guinée, bien qu’elle doive faire face à de multiples problèmes internes, après le changement de régime de l’automne dernier, qui a fait tomber le Président, Alpha Condé, demeure le pays hôte de la 35e édition de la CAF en 2025. Fragilisé dans son pays, où la tutelle l’invite à ne pas briguer un nouveau mandat après l’élimination des Super Eagles de la course au mondial Qatar-2022, Amaju Pinnick joue-t- il son va-tout en lançant l’idée d’une CAN au Nigéria ? « Nous sommes en train de préparer une candidature pour l’organisation conjointe du tournoi, avec la République du Bénin. Le ministre des Sports a donné son aval à cette candidature. Il est grand temps que le Nigeria accueille un tournoi inter- national, car l’organisation de telles compétitions présente de nombreux avantages », a déclaré le dirigeant dans des propos rapportés par TheNews- Guru.com. Il compte également s’appuyer sur un proche du président de la FIFA, Gianni Infantino, le Béninois, Mathurin De Chacus, président de la Fédération béninoise de foot- ball et membre du Conseil de la FIFA.

L’Algérie sur le bon rail

Une édition très convoitée, alors que la CAF peine à trouver des pays hôtes, capables de répondre au très contraignant cahier des charges d’une CAN à 24 équipes et à une période de l’année où il n’est pas possible de jouer partout sur le continent. A en croire le boss de la NFF, le pays des Super Eagles ne serait pas le seul sur les rangs. L’Algérie, où le président de la CAF, Patrice Motsepe, a effectué une visite officielle, il y a deux semaines, et a été reçu par le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a manifesté dans le respect de l’actuel pays hôte, son intérêt pour l’édition de 2025, après avoir été recalée de celle de 2017. « La CAN-2025 est attribuée à la Guinée », avait rappelé le nouveau président de la FAF, Djahid Zefizef, non sans expliquer que si les choses venaient à changer, l’Algérie pourrait se porter candidate pour organiser cette édition. Le dossier algérien devrait être rehaussé par l’organisation du CHAN-2023 et de la CAN U-17, l’année pro- chaine. Deux rendez-vous qui peuvent définitivement fixer la CAN-2025 au pays. La réussite des Jeux méditerranéens d’Oran-2022 et la livraison prochaine de plusieurs nouvelles enceintes sportives, ainsi que la volonté politique affichée d’organiser de grands rendez-vous sportifs, en font du pays un sérieux candidat. Et comme la question météorologique ne se pose pas et qu’il est possible de jouer en hiver comme en été, pourquoi ne pas y croire.
NAZIM BESSOL

Tags

Articles similaires

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
P