Lois du jeux

Djebbari Youcef veut résister au changement

Ainsi, le président du CA de la SSPA Mouloudia d’Oran, Djebbari Youcef a été rattrapé par la patrouille. Il semble avoir été lâché par ses principaux soutiens qui ont disparu dans la nature ou bien qui sont dans l’ombre de quelques prisons. Durant longtemps, il a fait partie de ces personnes «protégées» à Oran et qui ont fait fortune dans les médias (journaux et TV) grâce à la publicité qui lui était attribuée généreusement par l’ANEP. Il a diversifié ses activités en investissant dans les boites de nuit et dans l’immobilier que ce soit en Algérie ou à l’étranger.

Tout cette fortune, il la doit au Moulou- dia d’Oran. Natif d’El Hamri, il a compris très vite que le club que lui avait légué les anciens – tout comme Kacem Eli- mam – était une poule aux œufs d’or. Il lui a donné une notoriété et ouvert les portes des coffres forts. Fort de cela, depuis une trentaine d’années, bien avant l’avènement du professionnalisme- cacahuètes, il a fait de fréquents aller-retour à la tête du Mouloudia. Et a chaque fois, il s’est entouré de «petites frappes» qui servaient à donner le la, dans les gradins et les tribunes du stade Ahmed Zabana.

Aujourd’hui, pour la première fois, d’une manière officielle, une autorité sportive, la Direction de la jeunesse et des sports d’Oran l’a cloué au pilori par un com- muniqué rendu public, en lui rappelant que sa démission est illégale. Youcef Djebbari qui a voulu faire du «Raouraoua sans Raouraoua» n’a pas respecté «les démarches légales et réglementaires lui permettant de se défaire de la gestion du club». Il a installé Rafik Cherrak au mépris du Conseil d’Administration. Une décision qui laisse espérer que le temps du changement est bel et bien là. Il faut y croire.
MALIK MOHAMED

 

Tags

Articles similaires

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
P