Lois du jeux

Dupont n’est pas Kaddour

Si l’erreur est humaine, l’ignorance et l’entêtement sont à combattre. Sans jouer aux agents de sécurité des médias, il y a des bourdes répétitives que l’on ne peut accepter au nom de l’Histoire du football national. Aussi, faut-il être vigilant et rendre aux Mascaréens, leur véritable identité. En d’autres termes « rendre à Kaddour ce qui appartient à Kaddour ! » En effet, un journal oranais a employé à plusieurs reprises pour désigner le club de Mascara, de l’appellation du Gallia au lieu de Ghallia ou Ghalli. (notre photo du Ghalli Chabab Mascara) Ce qui a courroucé la population de la région de l’Emir Abdelkader qui a rappelé que le mot Gallia fait référence à la Gaule donc à la France d’aujourd’hui et Ghalli ou Ghalli signifie dans la langue de Taha Hussein, ce qui nous est chère.

Fondé en 1933 le Ghalli ou Ghallia durant l’époque coloniale pour concurrencer le club européen de l’Avant-Garde de Mascara (AGSM), il a fait la fierté de plusieurs générations d’Oraniens. Il a eu dans ses rangs, le premier Algérien, joueur professionnel en France à la fin des années 20, Aoued Meflah puis les frères Djaker (Lard ya Djaker lard !), le slogan a été repris même de nos jours, pour Kennane Mahi ou Lakhdar Belloumi. Et bien d’autres encore. Il serait bon d’être attentionné sur les écrits qui faussent en partie l’identification de notre sport. Il en ainsi pour cet autre article qui sème la confusion quant à l’implantation du Mouloudia d’Oran au village nègre d’El Hamri (terre rouge).

Le village nègre n’est ni plus ni moins que le nom donné par l’administration coloniale au quartier de M’Dina Jdida (Ville nouvelle). Les Européens ne prononçaient jamais El Hamri, mais Lamur du nom d’un propriétaire qui s’est approprié les terres. Quelques illuminés ont tenté de falsifier son histoire en lui prêtant un ancêtre du nom de Mouloudia Club Musulman d’Oran (MCMO) qui est né en 1917 à M’Dina J’Dida. Une association sportive de la fanfare qui a eu une vie bien éphémère puisqu’il est absent des archives de la Ligue de football (LOFA) agréée en 1920. Mieux encore, c’est l’appellation d’un club d’Oran avec comme sigle, le CDJ, qui dépasse l’entendement.

Selon les informations d’une source officielle, ce club de l’ancien quartier de Derb El Houd, revendique comme aïeul le CDJ (Club Des Joyeusetés) de 1894 qui a dominé le football nord-africain dans les années 1930. Or, sa paternité revient à des catholiques du quartier de Saint- Pierre (Oran) qui l’ont créé pour célébrer les fêtes de Pâques. Aucun musulman n’a figuré dans son effectif jusqu’au début des années 40 avec comme joueur, l’international français et sélectionneur algérien, Kader Firoud. Aujourd’hui, il est grand temps d’apporter des correctifs d’une manière officielle dans notre histoire sportive, pour faire en sorte que le mammouth soit vraiment l’ancêtre de l’éléphant. Et pas l’inverse.
AB. LAHOUARI

 

Tags

Articles similaires

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
P