Jeunes talents

Jugurtha Bourenane, un nom dont on parlera à l’avenir

Né le 13 décembre 2001 à Blida, Jugurtha Bourenane débute très top sa carrière. À l’âge de 7 ans il est repéré par un voisin dans un match de quartier. Il lui conseille d’aller tenter sa chance chez l’IRB Soumaâ qui évolue  en régional 2 groupe centre . C’est la période des essais. Une quarantaine d’enfant attendent leurs chances. On lui demande alors de faire son entrée. Bien qu’il trouve quelques soucis au début, JuGu comme on aime le surnommer convainc toutefois les techniciens présents. On lui donne un second rendez-vous pour le lendemain. Il est accompagné cette fois par son frère et quelques bambins du quartier venu l’encourager. À la fin de la séance, on lui demande de ramener les documents nécessaires pour compléter son dossier est signé sa licence. Il est fou de joie. Commence alors pour lui une nouvelle aventure. ‘’ Je me souviens comme si s’étais hier. À la fin de cette seconde séance d’entraînement, un des entraîneurs qui était présent est venu me demander quelques renseignements. Puis il me dit qu’on m’a accepté pour jouer avec l’équipe des U-8 de l’IRBL. J’étais fou de joie. Je ne pouvais dormir cette nuit là ‘’ raconte t-il et d’ajouter ‘’ juste après j’ai commencé à m’entraîner quotidiennement jusqu’au jour ou on a commencé la compétition. C’est vrai qu’au début j’avais quelques soucis car j’ai trouvé en place un groupe qui été déjà formé une année avant. Ce n’est pas facile de s’imposer dans ces conditions surtout si vous jouez au même poste que le chouchou de l’équipe (il rit). Bon, je n’ai pas baissé les bras. J’ai continué à travailler. Mon frère et des voisins venaient tous les jours me soutenir des tribunes. S’étais pour moi un stimulant. Après quelques matches ou j’ai fait des rares apparitions, on m’a donné enfin ma chance pour disputer une rencontre comme titulaire. Si je ne me trompe pas s’étais contre l’équipe de Berouaghia. J’ai joué comme ailier. C’est un moment que je n’oublierais pas ‘’ a ajouté Jugu. Le joueur reste chez l’équipe de Soumaâ jusqu’en 2012, l’année ou il décide de partir à la JS Bahli. Une équipe chez laquelle il intégra d’abord les U-15 puis les U-17 soit entre 2014 et 2018.

‘’ Mahrez, un modèle et un exemple de la réussite pour tous les jeunes joueurs algériens ‘’

‘’ C’est un dirigeant qui m’a conseillé de venir jouer à Bahli. J’ai demandé la permission à mes parents d’abord qui ont accepté. J’étais bien et rien ne me manquait. Je suis resté quatre saisons. Je jouais régulièrement et ceci m’a permis de développer mon jeu car avec l’IRB Soumaâ s’était quelque peu difficile. Il y avait beaucoup de joueurs qui évoluaient dans le même poste que le mien. À la fin de la saison 2018, je suis revenu à Soumaâ ou j’ai intégré l’équipe des U-19 ‘’ a enchaîné notre interlocuteur qui est revenu un peu sur son parcours de la saison précédente.‘’ On a joué que 16 rencontres du championnat avant l’arrêt des compétitions en raison de la pandémie du nouveau coronavirus du Covid-19. On avait une bonne équipe. J’ai disputé une grande partie des rencontres. Je n’ai raté que quelques-uns à cause des examens à l’université mais dans l’ensemble je dirais que j’ai effectué un bon parcours ‘’.

‘’ J’ai quelques sérieux contacts avec des clubs de différends paliers ‘’

Sur ses ambitions Jugurtha avec ses 1m84 et un pied droit qui fait parler la poudre n’est pas allé par trente six chemins ‘’ tout joueur ambitieux rêve un jour d’évoluer dans un grand club. Je ne veux pas bruler les étapes. Je dois d’abord tenter de m’imposer avec l’équipe senior de l’IRBS ou ailleurs. D’ailleurs j’ai quelques contacts avec des équipes de l’algérois. Je suis en train de les étudier. après j’essayerai de faire de mon mieux pour aller de l’avant et pourquoi pas réussir une grande carrière. C’est difficile certes, mais avec le travail et l’abnégation, je suis persuadé que je peux réussir ‘’ souligne t-il avant de terminer avec les joueurs modèles qu’il admire. ‘’ En Algérie, il y a Ryad Mahrez. C’est un grand joueur. Son parcours et ses performances parlent d’eux même. C’est un exemple pour nous les joueurs algériens. J’aimerais bien un jour que je fasse comme lui ‘’ a-t-il dit et d’enchaîner ‘’ à l’étranger c’est bien évidement Cristiano. Un phénomène quoi. Un travailleur et un grand bosseur. Malgré son âgé (34 ans), il continue chaque fois de faire parler de lui ‘’ conclu la fierté de la famille Bourenane de Blida étudient en première année d’économie et de gestion à l’Université Blida 2 Lounici Ali.

 Farès Rouibah.

 

 

 

 

Tags

Articles similaires

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
P