Analyses

Après la FIFA, le CIJM menace l’Algérie

Les feux passent à l’orange au Ministère de la Jeunesse et des Sports. Après la demande d’information expédiée par la FIFA à la FAF, il y a quelques semaines, autour du processus d’uniformisation des statuts, bloquée par la circulaire du 8 juin 2020, c’est autour du Comité international des Jeux Méditerranéens (CIJM) de se montrer plus pressant que l’instance de Zurich. En effet, selon nos informations, Bernard Amsalem, président de la Commission de coordination Oran-2021 du CIJM, a saisi le ministre de la Jeunesse et des Sports, Sid Ali Khaldi, en sa qualité de président du Comité d’organisation local, pour lui signifier de la manière, la plus directe, le risque de voir les Jeux d’Oran 2021 décalés à 2022, aller ailleurs. Une lettre des plus dures, dans laquelle Bernard Amsalem, connu pour sa proximité avec l’Algérie, a expliqué qu’au rythme où vont les choses, l’Algérie n’avait que très peu de chance d’organiser les JM 2021 d’Oran. Le ton de la lettre a immédiatement fait réagir Sid Ali Khaldi. Dans l’urgence, il a ordonné que les budgets bloqués, depuis près de deux ans, soient débloqués, et a rameuté tout le monde. Et pour cause, certaines parties travaillent déjà à «revendre» ces Jeux aux deux voisins, la Tunisie et le Maroc ! Rappelons que le président du CIJM, n’est autre que l’Algérien Amar Addadi depuis 20 ans !

NAZIM BESSOL

Tags

Articles similaires

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
P