Lois du jeux

La protesta des Ligues en colère !

Dans l’édition du 4 août dernier, Botola titrait en Une « Debichi met le feu » et faisait état d’une situation explosive au niveau des différentes Ligues de wilaya, des Ligues régionales et des Ligues inter-régions. PAR NAZIM BESSOL

 

L’analyse de BOTOLA s’est avérée judicieuse. Il y a le feu ! En cause, la correspondance datée du 1er août 2022 adressée par le secrétaire général de la Fédération algérienne de football (FAF), Mounir Debichi aux présidents des Ligues inter-régions et ceux des ligues régionales. Dans sa note qui porte pour objet : « Application de la résolution de l’Assemblée générale extraordinaire relative au changement du système de compétitions », le patron de l’administra- tion de la FAF instruit les présidents des différentes ligues à « Procéder à la publication sur leurs sites web respectifs avant le 04 août 2022, des composantes des différents groupes, tel que définies par les modalités d’accession et de rétrogra- dation, publiées au début de la saison écoulée. Pour rappel tous les groupes devront être constitués de 16 clubs. » écrivait Mounir Debichi.

Un règlement obsolète ?

Ce dernier insistait sur la « stricte application du règlement des championnats amateur, notamment l’Article 1 (alinéa 5), rela- tif à l’organisation des différents championnats, et d’interdire l’accession en « Régionale 2 » les clubs champions des divisions « Honneur n’ayant pas soumis aux dispositions de cet article, et de procéder à un rééquilibrage des groupes, en faisant accéder les équipes classées 2e des championnats des autres ligues tout en appliquant l’article 69 des Règlements de championnats de football amateur, relatif aux classements. » rappelait le patron de l’administration la FAF. Une décision syno- nyme de rétrogradation ou d’interdiction d’accéder au palier supérieur pour des dizaines de clubs sur l’ensemble du territoire national. Pourtant, le secrétaire général savait que les clubs avaient validé sur le terrain leur accession et ils avaient célébré en grande pompe au niveau des auto- rités locales leurs acces- sions. Si l’instruction du Secrétaire général venait à être appliquée, plusieurs équipes seraient bloquées dans le même palier et verraient leur accession annulée. L’explication : elles ne comptabilisent pas le seuil minimum des 20 matchs disputés sur une saison. Ces équipes qui bénéficient par le passé de la prise en compte des matchs de Coupe d’Algérie dans le décompte des 20 matchs obligatoires, ne peuvent plus compléter leur « déficit » de match grâce à l’épreuve populaire qui ne s’est plus jouée de- puis 2019.

L’éthique et le mérite au placard

Pourquoi donc, avec beaucoup de retard, Mounir Debichi instruisait-il les ligues régionales afin de prendre « les dispositions qui s’imposent » pour faire accéder en priorité les équipes totalisant 20 matchs, faisant fi de leur classement général ? Ainsi, ces équipes quelle que soit leur classement passe- raient devant un champion et son dauphin s’ils n’ont pas atteint la barre des 20 matchs. Une démarche à l’opposé de l’éthique et du mérite sportif qui a fait réagir la veille de l’Achou- ra, plusieurs ligues et des dizaines de clubs affiliés. La protestation a débuté de la ville des Roses, Blida, où plusieurs représentants d’équipes affiliées à cette ligue ont observé un sit-in et signé unanimement un document rejetant l’injonc- tion de la Fédération algérienne de football (FAF). Et tel un feu de forêt, ils ont été suivis par leurs collègues de Constantine, Oran et Annaba. Tous interpellent la nouvelle équipe fédérale et rejettent
en bloc le contenu de la correspondance de Dely Ibrahim.

Debichi a décidé en solitaire

Mieux, les responsables de la Ligue de Constantine exigent d’être mis sur un pied d’égalité que la Ligue d’Alger qui compte trois groupes lorsque toutes les autres comptent deux (ex- ception faite de Ouargla). « Qu’est-ce qui motive les 3 groupes dans la capitale ? c’est la ligue où les dis- tances sont les plus courtes. La densité des équipes ne peut justifier cela, d’autres ligues en comptent autant si ce n’est plus » explique à BOTOLA, un responsable. S’agissant des membres du Bureau Fédéral dont certains sont encore président de Ligue, ils ne se recon- naissent pas du tout dans la correspondance de Mounir Debichi et l’accusent d’avoir tout mis en place en solo « nous n’avons jamais décidé ou procédé au vote de ce que le SG a envoyé aux ligues. Il n’existe aucune résolution du BF comme le mentionne le courrier » s’insurgeait déjà la semaine dernière l’un d’entre eux. Il appartient au secrétaire général de s’expliquer. Et vite !

NAZIM BESSOL

 

Tags

Articles similaires

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
P